Spectaclesspectacles.html
Actualitéactualite.html
Festival SalinellesArchives.html
ContactContact.html
PressePresse.html
LiensLiens.html
 
samedi 6 et dimanche 7 octobre
Stage de contes
Par Hervé Le Jacq et Sofyan Ruelstage.html

Samedi 29 septembre 2018 :

20h30, dès 10 ans, «La sagesse de Kofi», 1 h environ

Rémy Boussengui

Tarif : 10 €, réduit 8 €

Programme

11 ème édition
« festival conte, musique et poésie »

samedi 29 septembre et  les

5, 6 et 7 octobre 2018

Chapelle St Julien à Salinelles,

5 mn de Sommières, véritable écrin pour la voix et la musique, dans une ambiance conviviale.

Attention 55 places maximum, pensez à réserver.

Samedi 28 septembre 2018 15h00, 5-12 ans, 5 €

Durée 50 mn environ.

«Contes pour enfants»

Sofyan Ruel et Hervé Le Jacq

Le samedi 29 septembre 2018

15 h 00 et 20 h 30

Samedi 28 septembre 2018

Sofyan Ruel et Hervé Le Jacq

Les contes la forêt enchantée

pour enfants

Samedi, 15h00

Samedi  29 septembre, 20h30

Rémy Boussengui : «La sagesse de Kofi»

Horaires : De 9h30 à 17h30 (prévoir un pique nique)
Tarif: 60€ / un jour ; 100€ / deux jours, la participation aux deux jours donne accès gratuitement à tous les spectacles avec réservation. Ces spectacles peuvent être un support aux réflexions du stage.

Stage réalisé à partir de 6 inscriptions le 20 septembre.

Quels objectifs pour ce stage ?

    Grâce à une expérience qui s’appuie sur des techniques diverses (théâtre, chant, mime, récits ...), et sur un travail pédagogique réalisé avec des publics de tous les âges, il s’agit, lors d’une ou deux journées, de travailler sur les techniques de base de la prise de parole en public. Le travail sera centré sur la conviction et l’implication du  conteur utilisant les exercices de la respiration, de la gestuelle ou de l’accompagnement musical. La question du rythme sera centrale.

    A qui s’adresse ce stage ?

    A toute personne qui souhaite découvrir et s’initier à l’art de la parole. Mais la présence des deux conteurs permet également de travailler le perfectionnement des techniques du conte, pour des conteurs ou des conteuses qui souhaitent croiser leur parole dans un lieu enchanteur.

           Il est des forêts qui ne sont pas comme les autres. Au premier regard, rien de différent, les arbres immenses, les sous-bois touffus et le chant des oiseaux, mais quand on s’y perd, ou lors de certaines nuits de pleines lunes, c’est un tout autre monde qui s’anime. Dans ces forêts, durant ces moments, il n’est pas rare de croiser des animaux qui parlent, des lutins et des fées.

                A deux voix, les conteurs Hervé le Jacq et Sofyan Ruel vous feront partager leurs histoires accompagnées par des instruments du monde. Ils laisseront un goût de merveilleux et féérie dans cette sublime chapelle.

Le spectacle :  «La sagesse de Kofi»

Pour tous, dès 10 ans

D’après... tous les bon faiseurs et les bon diseurs de mots

De quelle sagesse s’agit-il ?
De celle du vautour ou de celle du magicien ?
De celle de l’enfant ou de celle de l’écureuil ?
On avait dit à Kofi : "Va sur les sentiers, parcours les villages et les forêts, interroge tout ce qui bouge et qui respire, écoute le langage de l’homme comme celui de l’animal, récolte la sagesse partout où tu la trouveras et enferme-la dans la calebasse."

"Avec ce spectacle, je plonge à nouveau dans mon patrimoine, gisement millénaire des contes du Gabon. Je veux répondre à la curiosité du voyageur au moyen d’histoires empreintes d’humour mais porteuses de vérité. J’y réponds aussi par l’évocation d’un élément essentiel de la parole africaine : le proverbe, sève de toutes les palabres."

Ici les pas de celui qui cherche sont rythmés par la musique des percussions et le son de l’arc musical.
Le public, sage ou non, est appelé à recréer le village...

Sofyan Ruel

NB: L’ensemble des sommes recueillies par la compagnie Partance lors du festival, est intégralement affecté au financement de cette manifestation non subventionnée.

programme des années précédentesArchives.html
Inscriptions, renseignements icimailto:cie.partance@free.fr?subject=objet%20du%20courrier

Le spectacle  : «Rivages»

Depuis les rivages des quatre coins du monde, les hommes ont toujours été fascinés par la mer ; postés sur leurs navires, les marins ont toujours rêvé de lointains rivages.

Les artistes :

Stéphanie Rondot, conteuse, et Philippe Henry, violoncelliste, se sont réunis pour raconter ces rêves recueillis sur les rivages de la mer Baltique, de la mer d’Iroise et de la Méditerranée. L’une donne sa parole aux histoires qui courent dans les ondes depuis la nuit des temps, des histoires dans lesquelles se côtoient le mystère et le merveilleux. L’autre laisse parler la voix profonde du violoncelle et propose une traversée sonore allant des rythmes celtes aux mélodies séfarades avec une escale en compagnie du compositeur norvégien Edvard Grieg. Ensemble, ils proposent au voyageur immobile une exploration de mondes imaginaires, une expérience poétique et musicale hors du temps.

Le  vendredi 5 octobre 2018

Deux spectacles :

19 h 00 

Stéphanie Rondot et Philippe Henry

«Rivages»


21 h 00

Ludivine Hénocq

«Rêves des deux rives»

Stéphanie Rondot
Lien vers son site http://www.stephanie-rondot.com/
Philippe Henry
lien vers son sitehttp://lartpourmieuxetre.free.fr/pages/p.h/Philippehenry.html

Hervé Le Jacq

19 h 00  Stéphanie Rondot et Philippe Henry : «Rivages»

20 h 00 - 21 h 00

Pause, petit verre à boire et petits encas offerts par la Cie partance

21 h 00  Ludivine Henocq : «Rêves des deux rives»

Vendredi 5 octobre 2018 :

Soirée deux spectacles

dès 10 ans

19 h 00 : «Rivages»

Stéphanie Rondot et Philippe Henry

21 h 00 : «Rêves des deux rives»

Ludivine Henocq

Tarif : 12 €, réduit 10 €

L’artiste :

    Toute jeune, si jeune, Ludivine décide de mettre le conte sous ses pieds. Elle se forme auprès d’Henri Gougaud et de Michel Hindenoch, mais aussi auprès de biens d'autres conteurs. Parallèlement à cela, elle épanouit sa passion pour les chants traditionnels du monde ( chants tsiganes, irlandais, sépharades ) en voyageant, et en se formant auprès de nombreuses chanteuses. Elle intègre plusieurs groupes, et chante également en solo en s'accompagnant de son accordéon. 

    Deux ou trois chants risquent de lui "échapper" du coeur pendant le spectacle, pour venir s'entremêler aux contes, et faire battre leur parole un peu plus fort.

Le spectacle : «Rêves des deux rives»

   Pour cette soirée à la chapelle de Salinelles, Ludivine a choisi de nous conter des histoires issus de plusieurs mondes. Partant des rives de la mer Méditerranée, elle pourra nous faire voyager jusqu’en Irlande et beaucoup plus loin, si elle le souhaite. ce spectacle propose de partir à la rencontre d’héroïnes qui crient un grand "Oui" à la Vie, à ses défis, à ses peines et à ses joies. Des femmes qui écoutent leurs petites voix, celle de leur coeur, celle de leur ventre. Sauvages et intuitives, elles se confient aux pierres, et parlent aux oiseaux.

    Mais ces deux rives ne sont elles pas non plus les rives de la vie et de la mort, ou bien celles du rêve et de la réalité dont parlent si souvent les contes

Le conteur :

"Lorsqu’un étranger arrive au village, les habitants l’accueillent comme un roi.
Il a tous les droits. Mais il a aussi un devoir.
Un seul : il doit raconter une histoire...

Dans ma culture, le mot étranger veut dire "celui qui arrive".
Ca peut-être un parent éloigné, ou quelqu’un que l’on ne connaît pas.
Dans mes spectacles, vous êtes mes "étrangers".
Dans le conte la réponse des gens est très importante, c’est ce qui fait vivre le conte.
Quand je raconte, je demande aux gens de mettre leur grain de piment
dans le plat que j’ai préparé. Et nous le mangeons ensemble. C’est un régal collectif.
Je donne les clés de ma maison et vous
venez comme vous êtes.
Le conteur seul n’existe pas."

Ludivine Henocq
lien vers son sitehttp://ludivinehenocq.fr/
Rémy Boussengui
et les Singuliershttp://www.lessinguliers.fr/

Crédit photographie : Jean-Denis GIL

Crédit photographie : Maena Kalmanovitz

Crédit photographie : Jean-Denis GIL

Crédit photographie : Maena Kalmanovitz

Crédit photographie : Elinoï

Crédit photographie : Maena Kalmanovitz